Le petit patrimoine de Saint-Joachim
Accessibilité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le petit patrimoine de Saint-Joachim

La chapelle Notre Dame du Bon Secours

Ce monument, bâti en 1762, est vraisemblablement le plus ancien de de la commune. Sa construction résulte de la volonté commune des marins et des gens de mer, très nombreux dans la Brière.

 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-François de Salle et Saint-Joseph

c’est l’abbé Joseph Oliveau qui fit construire cette petite chapelle au XIXème. Ces dernières années, elle était encore un lieu de prière pour quelques ferventes paroissiennes, notament en Mai à l’occasion du mois de Marie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les croix

Situées en bordure des chemins, on dénombre 31 croix et sont en bois, en granit, en fonte ou en ciment. elles étaient érigées par les gens d’un quartier , par les familles pour rappeler un événement marquant (le souvenir d’un disparu, une guérison, un accident, …). Celle de Mazin fut érigée en 1882 en souvenir de Anne Mahé noyée accidentellement lorsque sa charrette, chargée de sacs de grains, bascula dans la curée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ponts

Treize ponts relient les sept îles de la commune. Au XIXème, les ponts étaient en bois. Au fil des années, ceux ci furent remplacés par des ponts de pierre.Celui de Pendille fut mis en service en 1883.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Moulins

Chaque île possédait un ou plusieurs moulins. Aujourd’hui, beaucoup ont disparu du paysage insulaire. Deux subsistent à l’état de ruines : le moulin à Bignou en Aignac et celui de Mazin. Deux autres ont été restauré en maison d’habitation, un à Fédrun et l’autre à la Rodrie de Pendille.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les puits

Chaque quartier possédait plusieurs puits individuels ou à usage collectif. A proximité, une auge en pierre servait d’abreuvoir pour les bêtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les fours à pain

Quelques fours à pain existent encore sur notre commune. Ils ne sont pas pour autant utilisable aujourd’hui. à l’exception du four du bourg, il a été rénové par la Pierre Chaude. Il permet ainsi la cuisson du pain, pour quelques manifestation tel que le téléthon.

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison de la “Grole”

Cette bâtisse était la demeure du garde de la compagnie Debray, lors du dessèchement des marais de Donges. Elle est repésenée sur le cadastre de 1841.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pierres levées

Ces pierres sont, d’après les archéologues, les témoins d’un rite et d’une croyance ancienne. elles posent nue difficulté d’étude du fait de la possibilité de déplacement

 

 

 

 

 

 

 

 

Les caves

La cave du Millaud et la cave de la Carrée

Elle résulte de l’extraction de remblai pour la chaussée. Ces sites étaient autrefois des communs de villages.

la cave de Chedoux

Elle se compose de quatre parties dont le trou de la Lande et le grand trou. On y extrayait de la terre glaise pour la briqueterie de la Matte.